La SCOP

La société « Symbiosphère » est une Scop (société coopérative et participative) qui propose aux particuliers, collectivités, entreprises et associations de contribuer à la préservation de la biodiversité locale.

L’étalement urbain est souvent synonyme de perte d’habitats pour de nombreuses espèces animales et végétales.

Symbiosphère apporte une réponse à cette véritable « crise du logement » en proposant des refuges en bois conçus pour restituer des lieux de vie favorables à cette biodiversité menacée.

Les fondateurs

La Scop Symbiosphère est née de la conjonction des expériences de trois créateurs : un docteur en écologie (Leslie FAGGIANO), un ingénieur environnement (Yann LE PORTAL) et un menuisier qualifié (Pierre LE PORTAL).

Un des axes majeurs de réflexion a été de développer une activité en coopération permettant de concilier un travail intellectuel et manuel.

De plus, nous souhaitions créer une activité durable économiquement, responsable socialement et contribuant directement à la protection de l’environnement.

Pour cette raison, nous avons placé les principes du développement durable au cœur de nos actions. Enfin, notre goût pour le relationnel et pour la transmission de savoir est un élément essentiel de nos offres en direction des particuliers, associations, entreprises et collectivités, qui permet l’efficacité des actions mises en place. Il est évident que l’engagement en faveur du « réveil vert », comme le dit si justement Hubert Reeves (actuel président de l’association Humanité et biodiversité), a aussi guidé nos discussions lors de la formalisation de l’idée.

De plus, nous avions à cœur de travailler autrement, en faisant de la coopération au sein de l’entreprise un moteur de développement, aussi bien personnel que professionnel. Pour cette raison, nous avons choisi de nous inscrire dans l’économie sociale et solidaire (ESS) en optant pour le statut juridique de SCOP (société coopérative et participative).

Symbiosphere, Fondateurs Leslie, Pierre et Yann

Les valeurs

Agir pour participer à la sauvegarde de la biodiversité à l’échelle du territoire sur lequel nous vivons et sur lequel vivront nos enfants en appliquant les principes d’un développement durable fort.

Développer des emplois stables autour de Toulouse dans le cadre de l’économie sociale et solidaire (ESS) et dans la protection de l’environnement.

Créer du lien entre les hommes (partenariats avec des acteurs et fournisseurs locaux), entre les hommes et l’environnement (formation et éducation à l’environnement) et fournir des refuges en bois pour la biodiversité menacée.

Respecter les principes démocratiques dans la Scop et développer une activité équitable pour tous les hommes et les femmes qui y participent.

Créer une activité au service des hommes et de leur espace de vie dans un intérêt commun. Une activité qui nous ressemble, dans laquelle l’homme est au cœur de l’entreprise.

Symbiosphere, Valeurs coopération

La crise de la biodiversité

L’ère de la domination de l’Homo sapiens sur la biosphère a commencé il y a 200 000 ans. Depuis ce temps, son intelligence lui a permis des progrès techniques prodigieux, mais l’histoire de ses interactions avec son environnement a toujours été litigieuse.

Dans la dixième édition du rapport « Planète vivante » du Fonds pour la nature (WWF) réalisé par le Zoological society of London, le bilan sur le déclin des espèces sauvages est alarmant. Cette perte massive d’espèces touche l’ensemble du globe bien que les pertes les plus lourdes soient observées sous les tropiques avec 56% de perte d’espèces depuis 1970 contre 36% dans les zones tempérées.

Il existe par ailleurs un consensus à l’intérieur de la communauté scientifique concernée par l’étude de la biodiversité sur ce qu’ils qualifient eux-mêmes d’érosion de la biodiversité et sur le fait que cette érosion soit causée principalement par les activités humaines.

En effet, par certaines de ses activités, l’homme nuit gravement aux bienfaits que nous devons à la diversité des espèces, tels que la pollinisation des fleurs, le stockage du CO2 par les végétaux, la formation des sols, la préservation de la qualité de l’eau etc…

Aujourd’hui, où la cohabitation de notre espèce avec les autres devient problématique, les sciences écologiques nous permettent d’appréhender les liens profonds qui se sont tissés entre tous les êtres vivants au cours de l’évolution.

Ainsi, nous savons que la principale cause de la disparition des espèces, affectant l’ensemble de la biosphère, est la dégradation, les changements et la destruction des habitats occupés par les espèces animales et végétales. A cet égard, les centres urbains et péri-urbains qui ne cessent de s’étendre, privent nos espèces locales de leurs lieux de vie.

Ainsi, nous pouvons tous agir pour préserver la biodiversité autour de chez nous en restaurant des espaces de vie pour les espèces animales et végétales dans notre jardin, sur les terrasses et sur les balcons.

Symbiosphere, Biodiveriste

Photos